Billet : Le temps des stagiaires

Chez nous, il est de tradition d’accueillir 2 ou 3 stagiaires entre début avril et fin juin. Pour certaines entreprises, c’est un moment à passer le moins mal possible parce qu’après tout on n’est pas une garderie et on est « teeeeellement débooooordé ». Pour d’autres, c’est une force de travail quasi-gratuite et corvéable à merci qui fait véritablement tourner la boutique.

Pour nous, en toute sincérité, c’est un vrai bain de jouvence, un moment privilégié. D’abord, c’est tellement bon d’avoir un regard neuf sur ce que l’on fait depuis si longtemps. L’enthousiasme de cette jeune fille de 20 ans devant le 46ème live didactique sur les vertus de l’assurance-vie réalisé pour cette banque cliente depuis 10 ans. Ses yeux ronds devant la magie du direct. Cela nous montre, si l’on commençait à en douter, la chance que l’on a de faire ce que l’on fait.

Ensuite, en formant ces têtes déjà bien faites à nos métiers, on met des mots sur des actes que l’on exécutait machinalement et on finit par se rendre compte que l’on est vraiment des p… d’experts de notre drôle de métier.

Moins gratifiant, on s’aperçoit aussi que ces autres tâches réservées, pensait-on, à l’élite que nous sommes, sont réalisées par nos stagiaires avec brio 15 jours après leur arrivée. Une manière salutaire de rester humble.

Et puis, au fil du temps, nos stagiaires deviennent nos emplois. Une bonne moitié de notre effectif a passé jadis au moins un printemps à découvrir les vices et vertus de l’interactivité en direct. Quant aux autres qui n’ont pas eu cette chance – ou cette malchance ! – de s’enraciner chez nous, ils deviennent nos prescripteurs ou nos agents d’influence chez nos clients ou futurs clients. Cet écosystème fait aussi la force joyeuse d’une (encore) petite entreprise comme la nôtre.

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *